KU… Cocu ?

Published on by Robert Dorazi

KU… Cocu ?

Ceux qui publient sur Amazon ont sûrement entendu parlé de Kindle Unlimited (KU). Pour ceux qui ne connaissent pas, KU est l’équivalent des systèmes d’abonnements sur des plateformes de musique en ligne ou de VOD. C’est à dire que l’abonné(e) paye une somme fixe chaque mois (en général) et peut dès lors télécharger autant de musique ou de films qu’il/elle le désire. Pour beaucoup de gens, ces abonnements sont très profitables.

Donc les lecteurs qui s’abonnent à KU font de même. Ils/elles payent leur abonnement mensuel et peuvent dès lors télécharger autant d’ebooks qu’ils/elles le désirent. Ensuite Amazon divise le « pot » qu’il met chaque mois dans une cagnotte (je ne sais pas exactement comment est faite cette cagnotte, mais j’imagine qu’une partie au moins vient des abonnements) par le nombre de livres empruntés. La somme obtenue correspond aux royalties par livre. Le mois dernier cette somme était de $1.37 par livre emprunté. Ainsi, par exemple, un auteur dont le(s) livre(s) aurai(en)t été emprunté(s) dix fois, recevrait $13.7 au total.

Le concept a maintenant quelques mois et déjà de nombreuses voix s’élèvent pour dire tout le mal qu’elles en pensent.

Pour bien comprendre, il faut savoir plusieurs choses.

  • Tout d’abord, l’inscription sur KU est exclusive. C’est à dire que lorsqu’un auteur Amazon met ses ebooks sur KU, il/elle ne peut plus les télécharger sur une autre plateforme payante ou gratuite pendant le temps que dure une période KU (trois mois.)
  • Ensuite il faut savoir que les royalties qu’un auteur reçoit sur ses livres sont de deux types. Les livres dont le prix de vente est inférieur à $2.99 ne donnent droit qu’à des royalties de 35% (~$1.05 max). Tandis que les livres dont le prix est égal ou supérieur à $2.99 donnent droit à 70% de royalties (~$2 min).
  • Le prix le plus courant pour les auteurs peu connus est de $0.99, tandis que les auteurs déjà connus vendent à des prix beaucoup plus élevés (>$2.99)

Ainsi vous pouvez facilement voir que, pour les auteurs dont les livres sont vendus à $0.99, entrer dans KU pourrait se révéler gagnant puisque les lecteurs qui emprunteront leurs livres au lieu de les payer, leur permettront d’encaisser $1.37 au lieu d’un maigre $0.34. Soit 4 fois plus !

En revanche, pour les auteurs connus, ceux qui reçoivent en général des royalties de $2 au minimum, l’opération est très mauvaise puisqu’ils/elles reçoivent encore $1.37 lorsque leurs livres sont empruntés. C’est donc une perte sèche d’au moins 25%. Ce n’est donc pas étonnant que ce soit les premiers à se plaindre.

De toute évidence KU est une bonne opération pour les lecteurs. Mais c’est loin d’être le cas pour les auteurs. Et beaucoup d’entre eux, ceux qui vendent le plus d’ebooks à $2.99, ont déjà annoncé qu’ils/elles ne remettront pas leurs livres dans le système KU. Il faudra voir comment Amazon va réagir. Parce qu’il lui faudra prendre en compte le fait que tous ces auteurs, en renonçant à KU, renoncent du coup à l’obligation de ne vendre leurs ebooks QUE sur Amazon. Ainsi, ces auteurs ne manqueront pas de proposer leurs ebooks sur toutes les autres plateformes d’auto-éditions. Et il en va des ebooks comme du reste. Lorsqu’un client achète un ebook, il achète une histoire d’un auteur(e) particulier. Ce client se moque de savoir qui vend le livre, Gallimard, Grasset, Smashword ou Amazon.

Il serait ironique que les systèmes KDP/KU, qui avaient été pensés comme une façon de récompenser les auteurs plus fidèles à Amazon, fassent en fait fuir ces mêmes auteurs en leur enlevant une partie non négligeable de leurs royalties. J’ajouterai que je ne suis pas vraiment concerné puisque n’étant en aucun cas un auteur connu (même si la période de Noel a été faste puisque j'ai vendu 4 ebooks! Bon, 4 ebooks à 0.99 euros, mais tout de même... :) ), aucun de mes ebooks n’a jamais été emprunté. Cela dit, je suis plus sensible aux arguments des auteurs qui doivent tout de même écrire leurs livres !

Published on Articles-opinion

To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post