Zemmour et Dieudonné. La médaille et ses deux revers

Published on by Robert Dorazi

Il est assez ironique de constater qu’après avoir dit et écrit tellement de choses dérangeantes (c’est le moins que l’on puisse dire) c’est à cause de quelques mots qu’il n’a même pas prononcés, que Zemmour tombe. On l’a bien poussé, il faut l’avouer. Surtout le brave Mélenchon. Personnellement je vomis tous les intégrismes, autant que les balances (pas celles qui donnent le poids, celles qui parlent quand elles devraient se taire.) On admirera aussi la déontologie du journaliste italien qui n’a rien trouvé de mal à mettre un mot à la place d’un autre parce que ça faisait trop long… Et quel mot ! Savait-il, ce guignol, que Zemmour était juif ?

Zemmour rejoint ainsi Dieudonné dans la solitude des ex du PAF. Ils font la paire, tout de même. Deux faces d’une même médaille. Ils avaient quasiment la même fonction; permettre à des millions d'hommes et de femmes de dire pis que pendre d'un noir et d'un juif sans être illico taxé de racisme ou d'antisémitisme par SOS racisme ou BHL... Et personne ne s'en est privé.

Bon, on ne va pas les plaindre, parce que l’un comme l’autre sont à l’abris des problèmes financiers, même après avoir été viré d’I-télé (les autres chaînes vont suivre bien sûr) pour l’un, interdit de plateau télé (et peut-être de théâtre) pour l’autre. Et leur notoriété, dans un cas comme dans l’autre, leur assurera des possibles reconversions en pagaille. Non, c’est plutôt nous qu’il faudrait plaindre. Ah ! Plus aucune tête qui dépasse, deux boucs émissaires en moins à blâmer pour les prochaines échauffourées. 1984-2014. Seulement trente ans d’écart, George !

Zemmour et Dieudonné. La médaille et ses deux revers

Published on Articles-opinion

Comment on this post