Nick Klaus et le Paysage Desuet

Published on by Robert Dorazi

Un petit mot sur un ebook pour enfant auto-édité par Frederic Colier Un auteur Anglo-Français. L’ebook s’intitule Nick Klaus et le Paysage Désuet. C’est le premier tome d’une série qui en compte trois pour l’instant.

Dans ce premier livre, le jeune héros, visite une ferme que ses parents ont louée sur catalogue, et qui ne ressemble décidément pas à la photo qu’on leur avait présentée. Le soir même, voulant explorer la maison plus avant, Nicholas et sa sœur se retrouvent dans une vieille étable. Nicholas, voulant jouer un tour à sa sœur, lui fait croire à la présence d’un lutin. Elle s’enfuit avant qu’il ne puisse lui avouer la supercherie.

Mais voilà que Nicholas s’aperçoit qu’il ne peut plus sortir de cette étable. Et pourtant son père et sa sœur, revenus tous deux pour le chercher sont juste en face de lui. Mais ils ne le voient pas, ne l’entendent pas !

En désespoir de cause, le jeune garçon essaye de trouver une autre façon de sortir, mais ne trouve qu’une vieille malle qui ne doit être ouverte que par un paysagiste !

Évidemment Nicholas l’ouvre. À l’intérieur il trouve un album photos intitulé « Paysage Désuet » qui ne renferme que des photos de paysages « inachevés ! »Il trouve également un très vieil appareil photo, de ceux qui étaient faits de bois, quand il fallait mettre sa tête sous un voile noir pour prendre une photo avec un flash aveuglant.

Lorsqu’il appuie sur le bouton de cet appareil photo Nicholas se retrouve comme par magie devant une porte où le nom W.S Crutchfield est inscrit.

Ce W.S Crutchfield est un homme inquiétant qui pose un tas de questions étranges et sans aucun sens à Nicholas, avant que celui-ci ne se rende compte qu’il a été transformé en grenouille !

Ce Mr Crutchfield, qui se prend pour un enfant alors qu’il a de toute évidence dépassé cent ans, rebaptise Nicholas en Nick Klaus. Il essaye de le convaincre que ses parents vont l’oublier.

Désespéré, le jeune garçon, qui est maintenant une grenouille, apprend que la seule façon pour lui de retrouver sa famille et son apparence, est de trouver le « Paysage Désuet. »

Mais comment trouver ce paysage désuet si personne ne sait où il se trouve ?

Et bien en « sautant » dans l’album aux paysages « inachevés » car c’est sûrement là que Nick a le plus de chance de trouver ce qu’il cherche !

Nick plonge donc littéralement dans les pages de l’album, et c’est le début d’une suite de rencontres plus étranges les unes que les autres.

L’auteur a, de toute évidence, été bercé par Lewis Carroll et Alice au pays des merveilles. Ce qui arrive à son héros dans ce premier tome (c’est une série) ressemble à ce qui peut arriver à Alice quand elle suit le lapin dans le terrier. Les situations, les jeux de mots, les énigmes que le héros doit déchiffrer. Les personnages que Nick rencontrent sont très étranges, inquiétants aussi. Et l’histoire, au moins dans ce premier tome, est loin d’être naïve. Elle peut même déstabiliser par moments. Les personnages adultes sont très antipathiques, et Nick se retrouve dans des situations dures.

On retrouve aussi un peu de Jasper Fforde (Thursday Next) ou de Cornelia Funke (Inkheart) dans le fait que le héros se retrouve envoyé à l’intérieur des pages d’un livre.

Bien sûr F. Colier n’est pas Lewis Carroll, Fforde ou Funke, même si le style est assez juste et fluide.

Il faut cependant ajouter que ce livre est une traduction par l’auteur lui-même des ses livres écrits en anglais. Et si F. Colier se revendique bilingue, ce n’est pas tout à fait vrai. La version française contient de nombreuses erreurs de traduction, de grammaire ou d’orthographe. Et parfois un mot anglais se glisse là où il ne devrait pas.

Ceci étant dit, c’est un premier livre qui est assez plaisant et qui pourra intéresser les plus jeunes.

Je donne 3/5 pour ce livre.

Nick Klaus et le Paysage Desuet

Comment on this post