La genèse d'Hiver Minimus

Published on by Robert Dorazi

Quand j’ai commencé à écrire Martin Contremage, je n’avais pas de nom pour le héros principal. Pendant longtemps il s’est appelé X, puis Léo, puis… je ne me souviens plus. Alors comme il s’agissait d’un roman jeunesse, j’ai cherché des noms qui pourraient sembler drôles à des enfants de 10-12 ans. Et parmi ces noms, il y a eu Hiver Minimus. J’étais vraiment content de ce nom. Mais j’étais bien obligé de reconnaître qu’il n’allait pas vraiment avec le thème du roman. Par exemple il n’y avait pas grand rapport entre Hiver et la journée d’été durant laquelle Martin est retrouvé par Mortimer.

Pourtant je ne voulais pas abandonner Hiver, ni le jeter dans la poubelle virtuelle de mon ordinateur qui commence à déborder. J’ai eu l’opportunité de le réutiliser lorsque j’ai eu écrit un tiers de Martin Contremage, quand le héros lit sa bande dessinée favorite. Il me fallait trouver un titre pour cette BD, un titre qui devait, sans surprise, parler d’un jeune sorcier. Et là j’ai ressorti mon Hiver Minimus de son hibernation. A ce moment là, tout ce que je savais d’Hiver, c’est qu’il vivait en Antarctique, qu’il cachait sa baguette dans ses cheveux, et qu’il était poursuivi par des gnomes hypnotisés !

Quelques mois plus tard, une fois le roman terminé et envoyé à une trentaine de maisons d’éditions qui bien sûr ne l’ont jamais lu, je me suis dit qu’il était inutile de guetter la poste pour une réponse. Alors que faire de mon temps libre ? Et bien, inventer les Aventures d’Hiver Minimus, pardi !

Quelques semaines plus tard la première histoire, Hiver Minimus et l’École de Basse couture, était terminée. Avec Hiver Minimus, ses cheveux ébouriffés, sa baguette cachée dedans, sa banquise 46 et son tempérament de garnement.

Et comme on dit, quand il y en a pour un, il y en a pour deux ! J'ai donc écrit la seconde histoire, Hiver Minimus et le Cristal de Gertabor. Six mois plus tard j’avais terminé la quatrième aventure que je pensais être la dernière. Mais j’en ai finalement écrit une cinquième, Hiver Minimus et le Fantôme de la Grotte Perdue.

Hiver est donc un sorcier des glaces, comme ses amis Mikimiki, Lorepure et Bruton Beldent. Ses parents, Frigida et Surgelo travaillent dans une fabrique de poissons congelés, et rêvent parfois de se débarrasser de ce fils très encombrant. Le conducteur de traîneau officiel s’appelle Blizarion, et ses attelages sont toujours assez étranges, que ce soit des girafes bien emmitouflées, des grenouilles, des autruches ou des boules de poils.

Hiver Minimus a aussi un ours blanc, Bouledeblanc, le seul ours polaire de l’Antarctique !

Ses aventures le conduiront tour à tour à Paris dans une école de Basse-Couture, au royaume des sirènes à la recherche d’un Cristal royal à dos de cachalot, dans un train sous banquise à la recherche du mage Servile, dans un tunnel à affronter des trolls, ou dans une grotte au pied d’un arc-en-ciel pour aider un fantôme à nettoyer sa chaîne !

Si vous voulez en savoir plus (beaucoup plus !) vous pouvez télécharger chaque aventure individuellement en commençant avec le tome 1 ici ou un recueil complet sur Amazon Kindle ici. Vous pouvez aussi acheter le livre papier pour un prix raisonnable.

Pour tous les âges !

Bonne journée et bonne lecture !

La genèse d'Hiver Minimus

Published on Hiver Minimus

Comment on this post