Halloween

Published on by Robert Dorazi

Ainsi donc Halloween s’échappe une fois encore de ses ténèbres et revient frapper à nos portes avec ses doigts squelettiques.

Bientôt, dans quelques jours, les jeunes et les moins jeunes, ceux qui oseront en tous cas, déambuleront, grimés le plus souvent, costumés parfois, dans les rues à la recherche de quelques âmes à persécuter sauf si celles-ci acceptent de s’épargner de mauvais moments et un destin funeste en sacrifiant des sucreries aux zombies, vampires ou autres sorcières qui se dresseront de toutes leurs dents devant eux.

Puis, une fois la frayeur passée, et après que les dits zombies, vampires ou sorcières auront décidé que les trois ou quatre barres Mars, les cinq ou six rouleaux de réglisses, ou même les paquets de chewing-gum sont un butin suffisant pour qu’ils ou elles (on ne sait jamais qui se cache derrière le masque du revenant) épargnent leurs victimes, celles-ci retourneront à leur train-train quotidien.

― Dis chérie, qu’est-ce qu’on regarde ce soir ?

― Ils donnent la nuit des morts vivants sur la cinq.

― Je l’ai déjà vu. Pourquoi on ne regarderait pas quelque chose qui fait vraiment peur, comme un débat entre Zemmour et Domenach !

Les suceurs de sang-framboise et les mangeurs de cervelles-guimauves, eux, continueront leur chemin vers de nouvelles (mes)aventures au mépris du danger que peut représenter le fait de frapper à la mauvaise porte. Eh ! On ne sait jamais, ils pourraient un jour tomber sur un dentiste qui a eu une mauvaise journée, ou sur un de ses malheureux clients !

Halloween, on l’oublie souvent, c’est aussi le meilleur allié des vendeurs de potirons. Et rien que pour ça on devrait remercier ce monsieur ou cette madame Halloween. Parce que la soupe aux potirons, quand c’est bien fait, c’est exquis. Ça vaut tout le caviar du monde et c’est un peu moins cher. Dans certains pays, on organise même des concours pour faire pousser les plus gros potirons. Certains sont tellement gros qu’on se demande si les auteurs de Cendrillon n’étaient pas des jardiniers pendant leur temps libre !

Alors il vous reste six jours pour décider ce que vous ferez ce soir du 31 Novembre. Soit vous serez du côté de ceux qui font des réserves de friandises et qui les laissent filer sous la menace, soit vous serez du côté de ceux qui les mangent au risque de contracter quelque maladie mortifère comme la colique ou la carie dentaire. Soit vous cacherez votre visage de tous les jours derrière deux canines extra longues et sanglantes, ou sous deux cornes et un maquillage rouge vif, soit vous garderez votre beau visage, celui qui resplendit et que vous montrez fièrement à toutes celles et ceux qui croisent votre chemin chaque jour.

Ou alors, pour les plus chanceux, vous serez de celles et ceux qui accompagnent les zombies, les vampires et les sorcières dans leur quête nocturne et sépulcrale. Car croyez le ou pas, ces petits monstres ont besoin de chaperons. Les rues ne sont pas toujours sures de nos jours, même pour eux !

Halloween

Comment on this post